L’Empaleur n’est autre que Dracula

Vlad empaleur

Quand on vous dit Transylvanie, vous pensez à quoi ? Dracula ?

La Transylvanie, paisible région de Roumanie, est riche de légendes. Il est facile ici de croiser la route du mythe de Vlad Țepeș. Menus ensanglantés, T-shirts, mugs et affiches font vivre le folklore de Dracula.

Retour historique

Vlad Țepeș, prince de Valachie au 15ème siècle, est souvent associé au héros vampirique Dracula. Cette assimilation a été insufflée par son père Vlad II. Ce dernier faisait partie de l’Ordre du Dragon, un ordre de chevalerie datant de 1408. La traduction roumaine de « dragon » donne « dracul ». Ce qui donna à Vlad II le surnom de Vlad Dracul. En Roumanie pour marquer l’article la lettre « a » est ajoutée à la fin de certains mots, ce qui pourrait expliquer le passage de Dracul le père à Dracula le fils.

Le fils de Vlad II portait déjà en lui les prémices de la légende et son comportement avec ses ennemis acheva le mythe. Bien que Vlad Țepeș fut un personnage très respecté par le peuple Roumain et l’est encore aujourd’hui, il n’en fut pas moins sanguinaire. D’ailleurs, le traitement réservé à ses ennemis, les turques, inspira l’écrivain Bram Stocker. Vlad Țepeș avait pour habitude d’empaler ses victimes, il devint alors Vlad l’Empaleur. Malgré sa cruauté, les roumains se souviennent surtout de lui car il incarne l’indépendance du pays et a su résister à l’Empire Ottoman.

Plus qu’une légende

Il y a quelques jours, je discutais dans un parc avec un ami roumain. Jusque là rien d’ensanglanté. Je voulais juste profiter du soleil tout en bavassant sur les légendes des différents pays. Le cas de Frankenstein puis celui de Dracula tombèrent sur le tapis.

Vlad l’Empaleur, dans un de ses nombreux accès de folie, effraya les villages aux alentours de son château avec une idée des plus lugubres. Il leur proposa, une nuit, un jeu qui fut loin de faire l’unanimité. Vlad Țepeș avait placé au cœur de la forêt une grande partie de son or, il invita les villageois à s’y rendre et à se servir. Aucun d’entre eux n’eût le courage d’y aller. Le trésor était bien placé au milieu de la forêt, mais une forêt de corps empalés… Pour ajouter à cette image un détail des plus macabres, l’histoire veut que Vlad l’Empaleur  était assis sur cette montagne d’or à boire le sang de ses victimes en attendant qu’un villageois se présente pour lui donner son butin.

Après ce récit des plus épiques, ma première question mit en doute la réalité de cette histoire. Fait historique ou légende pour accentuer la représentation sanguinaire de Vlad l’Empaleur ? Mon ami n’en démordit pas, cette histoire n’était pas un conte pour effrayer les enfants, Vlad Țepeș avait pour habitude de boire le sang de ses victimes.

Forme d’exocannibalisme guerrier, cette pratique lui apportait quoi ? Y voyait-il le moyen de s’approprier la force de ses ennemis, comme c’est le cas de certaines tribus  anthropophages ? Ou tout simplement pour susciter la crainte rien qu’à l’évocation de son nom… Le mystère reste impénétrable.

Juste au passage. Il semblerait aussi que Frankenstein ait réellement existé… Triste histoire d’un soldat qui aurait perdu ses bras et ses jambes lors de la guerre. Des médecins lui auraient recousu des membres de personnes décédées. L’opération aurait quelques peu fonctionné, le patient pouvait bouger quelques doigts. La nouvelle se serait répandue jusqu’aux oreilles du Pape, ce dernier aurait pris la décision de le faire tuer car contre nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *