Déconstruire pour reconstruire

maison

Telle fut la devise du Musée Village de Bucarest. Le Dimitri Gusti National Musée Village fut ouvert en mai 1936, il recense sur près de 12 hectares des maisons rurales et traditionnelles de Roumanie. En plus de ces habitations provenant des différentes régions du pays, le musée compte quelques moulins à vent et à eau, des pressoirs à huile ainsi que des églises. Ces quelques 300 constructions, installées en plein air, vous plongent dans une ambiance pittoresque.

Ce projet de Musée Village fut insufflé par l’Ecole d’Ethnologie Roumaine, créée et dirigée par le Professeur Dimitri Gusti. Près de 1000 étudiants auraient préalablement réalisés des monographies sur une centaine de villages roumains.

église

Les plus veilles maisons exposées datent du 17ème siècle, elles proviennent des régions Zapodeni et Vaslui situées près de la frontière Moldave au Nord-Est du pays. Les constructions les plus récentes, elles, datent du 20ème siècle. Toutes les constructions présentent dans le musée ont été importées de villages. Les habitations, moulins, pressoirs et églises ont été déconstruits pour être déplacés dans cet espace à ciel ouvert qu’est le musée.

Les habitations sont toutes meublées de façon traditionnelle. Ce qui permet aux visiteurs de sentir l’âme de chaque habitation, de s’en imprégner. Mais surtout ces aménagements ont permis à des familles de paysans d’habiter ces maisons dans les premières années de vie du musée. Ainsi les animaux de la ferme se baladaient dans les jardins et allées du Musée Village. Mais après plusieurs années; la détérioration des lieux devenaient trop importantes, il a été donc été demandé aux familles de quitter les habitations pour préserver les lieux. Mais ils furent tout de même occupés une seconde fois, pour y loger des réfugiés pendant presque 2 ans. En 1940 la ville de Bucarest décide d’offrir donc comme logement les maisons du musée à des familles de réfugiés. Décision prise après l’intégration des régions de la Bessarabie, de la Bucovine et d’une partie du comté d’Herta à l’Union soviétique.

petit chatMais il ne reste plus aucune trace de cette période quand on visite le musée, les dernières rénovations datent de 2007. Et peu de personnes semblent se souvenir de ce passé, ou peut-être ne préfèrent pas s’en souvenir. Quoi qu’il en soit le musée est vraiment une des nombreuses choses à voir à Bucarest. Je ne vous conseille pas d’y aller quand il a neigé pendant 2 semaines. Parce que vous ne verrez pas grand chose à part des petits chats noir se baladant sur fond blanc de neige…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *